Sidebar

16
Mer, Oct

International
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Quelques jours après l’arraisonnement de deux bateaux de pêche battant pavillon chinois, les « Da Lian Yu 15027 et 15028 », ayant à leur bord, plus de cent tonnes de poissons, les autorités camerounaises qui ont procédé lundi à la vente aux enchères du poisson saisi, ont souligné la nécessité de renforcer les mesures de sécurité pour préserver les ressources halieutiques.

« La pêche illégale fait beaucoup du mal à l’économie camerounaise, avec des pertes qui vont au-delà de 20 milliards de francs CFA », a révélé le délégué régional pour le Littoral du ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales.

Une activité dominée par les Chinois, les Indo-pakistanais, les Russes, les Ghanéens et les Nigérians notamment.

D’où la nécessité pour le Cameroun d’installer les satellites dans la zone côtière, longue de trois cent kilomètres pour atténuer le mal, d’autant que les eaux camerounaises sont réputées poissonneuses, affirment des sources concordantes.

Par ailleurs, l’enquête des autorités camerounaises démontre que les pêcheurs utilisent parfois les techniques inappropriées, dont « le chalut-bœuf » qui consiste à jeter à l’eau un filet tiré par deux engins de pêche de manière simultanée.

Le danger de cette pratique, soutiennent des experts de MINEPIA, « vient de ce que tous les poissons, y compris les alevins, tombent dans les filets, ce qui représente une menace pour l’écosystème ».

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire