Sidebar

24
Sam, Aoû

International
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
Après avoir soutenu bec et ongles Laurent Gbagbo pendant la crise ivoirienne, la romancière franco-camerounaise Calixthe Beyala revient sur le devant de la scène politico-médiatique avec le Mouvement des Africains-Français (MAF). Objectif : peser sur la présidentielle française de 2012. Et faire perdre Nicolas Sarkozy ?

Fondé en juillet par l’écrivaine d’origine camerounaise Calixthe Beyala, qui en assure la présidence, le Mouvement des Africains-Français (MAF) organise sa première sortie nationale le 26 novembre, au Grand Palais de Lille. Objectif du MAF, qui recrute avec un certain succès auprès de la diaspora d’Afrique subsaharienne?: peser sur l’élection présidentielle française de 2012, sans a priori en faveur de l’un ou l’autre candidat mais en fonction des réponses apportées à ses revendications de visibilité et de représentativité. « Potentiellement, nous valons quatre millions de voix », estime la fondatrice du MAF, qui rêve d’unir les Français d’origine africaine pour « obliger les politiques à les respecter ». Reste que, connaissant les engagements de Beyala en faveur de Laurent Gbagbo et de Mouammar Kaddafi, on l’imagine mal appeler à voter pour Nicolas Sarkozy.

Jeune Afrique



Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire