Sidebar

23
Sam, Mar

International
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Le nouveau dispositif de suivi du transit par satellite via le Gps est actuellement sujet à une critique acerbe et l'objet d'une virulente polémique. Les différents maillons de la chaîne de transport des marchandises dénoncent plusieurs situations désagréables à savoir : défectuosité des Gps, instabilité du réseau et pertes des camions sur les écrans de monitoring, rupture du stock de balises dans les services des douanes, lenteurs des procédures douanières, arnaque des commissionnaires ambulants, corruptions et la listes est loin d'être exhaustive.

Le triptyque PDG, police-douane-gendarmerie  serait toujours en vigueur et les transporteurs déplorent le dégraissage illégal de leur portefeuille suite aux contrôles intempestifs de ces " saigneurs " de la route. Des nuages de camions immobilisés sont monnaie courante dans les ports secs du triangle national due à la politique de rotation mis pour palier l'insuffisance des appareils électroniques. Toute chose, qui n'est pas sans créer un manque à gagner dans les caisses de l'Etat et susciter le grincement de dents de la part des transporteurs Tchadiens qui voient en ces incongruités un frein au développement de leur pays en reconstruction.

Les objectifs qui soutiennent pourtant la nouvelle réforme douanière et partant la mise en place du Global positionning system dans le circuit de gestion des opérations de transit au Cameroun sont nobles et applaudit avec enthousiasme par tous. Pour mémoire, il avait été avancé que la technologie Gps qui intègre facilement Sydonia va entre autres réduire considérablement la durée d'acheminement des marchandises en transit, faciliter les échanges avec les pays limitrophes, alléger les coûts de transit, les formalités de cautionnement pouvant être libérées dans les 48 heures qui précédent la demande contre 30 jours il y'a quelques mois.… 3 mois après le lancement de cette technologie de pointe le 4 août dernier, le bilan des 100 premières journées du nexus cameroon customs Gps n'est pas flatteur. Sur 5218 voyages effectués jusqu'au 31 octobre, seul 10% soit 521 voyages ont eu lieu sans incident.

L'hostilité des opérateurs économiques face aux gabelous s'est exacerbée à cause des défaillances du système et des altercations entre transporteurs et douaniers sont restées fréquentes. C'est d'ailleurs les plus récentes dans l'Adamaoua et le Nord il y'a quelques temps, qui ont hâté l'arrivée du Directeur général le 19 novembre dernier dans le septentrion. La douane camerounaise dans son processus de modernisation a mi en place la sécurisation du transit des marchandises par géo localisation. On a eu quelques problèmes. Il m'est revenu que ça n'allait pas très bien. Il a donc fallu qu'on fasse une descente sur les sites pour écouter les différents intermédiaires, voir les problèmes et y apporter des solutions, a déclaré Mme Minette Libom Li Likeng à Bogdibo à la frontière Tchado-camerounaise.

C'est une véritable campagne du Gps qu'elle vient de mener au cours de sa visite de travail dans le secteur des douanes de l'Adamaoua et à Touboro où elle tiendra à faire le parcours jusqu'à la frontière dans le but de visiter les installations douanières du Cameroun et du Tchad, révélant sa foi inébranlable en son instrument de facilitation et de sécurisation des mouvements des cargaisons en transit. Ce ne sont pas des arachides, mais un dispositif dont la mise en place a un coût, a-t-elle parfois envoyé à son audience qui s'inquiète de la longue immobilisation des camions due à la rupture du stock des balises.
De la lecture de ses interventions au cours des différentes rencontres qu'elle a tenu avec son personnel, les opérateurs économiques et partenaires de la douane, les autorités administratives, militaires et traditionnelles, il ressort que mis de côté l'instabilité du réseau électronique et les délestages sur le réseau électrique, les éléments de défaillance du dispositif de suivi du transit par Gps sont à son avis externes à la qualité et à la fiabilité de cette technologie. La réforme veut moderniser le paysage douanier camerounais et utilise pour cela une technologie de pointe qui va bousculer les habitudes a-t-elle affirmé car la géo-localisation fonctionne réellement. Il faut donc chercher les poux ailleurs et sur les hommes qui font le dispositif.

Les couacs qui plombent l'activité de transit au Cameroun et dont le Nexus cameroon customs Gps, de l'opinion du DG, subit comme tous les usagers de la douane sont la résultante de la vétusté du parc des camions des transitaires lesquels tombent de manière permanente en panne donnant lieu à des voyages coûteux et difficiles, l'incivisme des camionneurs trop enclin à prendre des détours qu'à respecter les procédures de dédouanement ; l'état déplorables de détérioration des routes, mais aussi la collaboration à demi-teinte du bureau de gestion du fret terrestre (BGFT) et des auxiliaires de l'administration douanière à l'instar des syndicats des transporteurs qui ne jouent pas leur rôle d'éduquer, former, informer et organiser la corporation et se livrent à des pratiques rétrogrades avec les éléments des douanes. Toutefois, elle a jugé normal que comme toute réforme, qu'il y'ait des difficultés à se l'approprier. Le Gps se met progressivement et sûrement en place avec des signaux très encourageants, assure t-elle, les goulots d'étranglement venant du non respect de la démarche.  Mme Minette Libom Li Likeng a expliqué le circuit normal de la procédure douanière dans un style qui se veut d'abord pédagogique. On avait des déversements frauduleux à la consommation et voilà pourquoi il fallait qu'on montre aux uns et aux autres comment cela se passe.

Les transporteurs ne sont pas les interlocuteurs directs de la douane. Il se trouve donc qu'il y'a du désordre dans la zone de l'Adamaoua où au lieu que ce soit le commissionnaire en douane qui fait le titre de transit, qui le présente à la douane pour validation avant qu'on ne pose le Gps, c'était le transporteur qui le faisait. Résultat, cela a créé des embouteillages, des plaintes et généré des poches de corruption. Chacun a compris son rôle, il est juste question maintenant que au niveau de chaque administration, chacun fasse le ménage chez lui, y compris même les douanes, a-t-elle laissé entendre au sortir de 4 jours de visite de travail.

Accordé à la première autorité des douanes au Cameroun ; il est certes vrai que la situation présente n'est guère propice à l'utilisation optimum du Gps ; cependant l'assainissement du milieu notamment contre le fléau des cascadeurs, la contrebande et la circonscription des points chauds du phénomène des coupeurs de routes  seront dans un proche avenir à mettre à l'actif de ce lourd investissement. A condition semble t-il de donner encore du temps au Nexus Cameroon Customs Gps  pour faire ses preuves et à la direction générale des douanes de parfaire le système; même si au Cameroun le temps administratif est élastique et fait pousser des cheveux blancs avant de produire des résultats probants.

Le temps ! Les pays voisins ne l'ont peut-être pas. Partant du fait que certaines régions camerounaises sont des plaques tournantes du transit sous-régional, le risque encouru par ces bégaiements du nouveau mode opératoire en matière douanière au Cameroun, est que ces pays amis ne se tournent vers d'autres ciels qui sont ouverts à la mer. Un enjeu de taille pour toute l'administration douanière dont le Chef de l'Etat a instruit de tirer en 2010 meilleur profit du développement du Gps. Dans le cadre de la gouvernance douanière, un numéro vert est d'ores et déjà en circulation à l'endroit des victimes des tracasseries, des abus, des tentatives de racket ou de corruption perpétrés par les agents des douanes. Des dispositifs qui devrait grandement faire progresser la transparence et l'efficacité dans les services des douanes et partenaires, à condition que chacun veuille retourner sa veste et jouer positivement son rôle

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire