Sidebar

26
Sam, Sep

International
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Dix jours près l'arrivée en Irlande de ce Boeing 767-300, les travaux n'ont toujours pas commencé.

La scène avait été vécue, dimanche 21 juin dernier à l'aéroport international de Douala, comme un événement : plus d'un an après avoirété immobilisé au sol dans les ateliers de la compagnie nationale à Douala, le Boeing 767-300 baptisé Le Dja avait finalement pris les airs,sous les regards du ministre des Finances, Essimi Menye, et de nombreux curieux, à destination de l'Irlande où il devrait passer en révision technique.

Plus de dix jours après l'arrivée de l'appareil sur le sol irlandais et après les problèmes que posait ce vol, vice de procédure évoquée par Mutations, les travaux qui devraient se dérouler dans les ateliers de la Shannon Aeropace Limited n'ont toujours pas commencé. Pire, l'hebdomadaire Bebela, dans son édition du mardi 30 juin dernier va plus loin en annonçant des risques de saisie de l'avion par la société Corendon Airlines qui réclame, selon le contenu des documents envoyés à différentes personnalités (ministre des Finances, des Transports, liquidateur) plus de 225 millions de francs Cfa (451.000 dollars Us) de dettes impayées dues au location du Boeing 767-300.

Le retard désormais pris dans le démarrage des travaux se justifie t-il par ce contentieux ? Si les autorités ont été saisies par l'avocat de Corendon Airlines, les experts camerounais envoyés en Irlande avec Le Dja ne sont pas très au faîte de cette information.
D'après nos sources, ces pilotes et techniciens évoquent plutôt d'autres préoccupations qui bloquent actuellement le démarrage des travaux. "Les travaux n'ont pas encore commencé à cause de la non disponibilité de la documentation du constructeur Boeing, toutes les procédures d'exécution des travaux étant tirées de ce document. L'Etat du Cameroun vient d'introduire les références auprès de Boeing comme propriétaire. Pour recevoir ces documents, il faut payer les redevances et autres formalités", explique notre source qui n'en dit pas davantage sur le montant de ces redevances. "Nous ne sommes pas informés, ni par le ministre des Finances, ni par Shannon Aerospace d'une menace de saisie de l'aéronef", poursuit notre source.
Le délai de 45 jours qui avait été avancé comme temps nécessaire pour ces travaux sera t-il encore tenu? Il est évident que ce retard devrait aussi entraîner une rallonge en temps.

Le recouvrement de cet argent n'est d'ailleurs pas le seul problème qui a failli entraîner la saisie de certains biens de la compagnie. C'est ainsi que Rdi, qui est le fournisseur de pièces à la compagnie nationale aérienne Camair à l'époque, avait menacé il y a quelques temps de saisir l'immeuble de la Camair sis à la place de l'Opéra à Paris. Une menace qui avait été prise au sérieux et poussé le gouvernement à régler ses créances. Mais en attendant que les travaux débutent effectivement du côté de l'Irlande, Camair.co devrait, sur le plan national, connaître dans les prochains jours un changement parmi ceux qui la dirigent. Le président du conseil d'administration, Philémon Yang, que le Directeur général démissionnaire, Gilbert Mitonneau, avait accusé de pratiques qui vont à l'encontre de la bonne gouvernance en quittant l'entreprise, vient d'être désigné par le président de la République au poste de Premier ministre. Une position qui lui interdit désormais de demeurer à la tête d'une société d'Etat comme président du conseil d'administration.

Lazare Kolyang

(mutations.info)

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire