Sidebar

20
Mar, Aoû

International
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
Va-t-on retomber dans le même piège qui avait conduit le Boeing 767-300 baptisé le "Le Dja", cloué au sol à Douala dans les ateliers de la compagnie aérienne Camair, pendant plus d'un an, à être envoyé en Irlande pour des besoins d'entretien? Depuis son retour le 12 novembre 2009, l'avion, rétrocédé à la nouvelle compagnie Camair.co, n'a plus volé. Et reste cloué sur le tarmac de l'aéroport international de Douala. En attendant de découvrir le visage de la nouvelle administration de la compagnie aérienne (nouveau directeur général, après le départ du Français Gilbert Mitonneau et personnel), des questions se posent déjà donc sur l'avenir de cet appareil. " En principe, lorsqu'un avion reste au sol sans maintenance pendant une semaine il doit subir un destockage. C'est-à-dire que l'on isole certains circuits. Ce travail peut se faire sur place au Cameroun", affirme un technicien de l'aviation.

Pour l'instant, soutiennent plusieurs sources, le "Dja" subit trois visites par semaine effectuées par cinq techniciens. Toutefois, cet optimisme est tempéré par d'autres besoins techniques. "En plus de ces visites, il faut une visite A tous les mois. Depuis que l'avion est revenu, je ne pense pas que cette visite ait été assurée", poursuit notre source. "Cette visite aussi peut se faire au Cameroun mais par un nombre plus important de techniciens, les cinq qui le font actuellement ne peuvent pas assurer cette tâche", explique le technicien. Pour les experts, la visite que le Boeing 767-300 vient de passer est valable pour un an. Cette expertise doit donc être revue dans les mêmes délais. Autant de dispositions sur lesquelles devrait s'appuyer l'Autorité aéronautique pour délivrer le Certificat de navigabilité (Cdn) qui renvoie à l'avion. Une pièce qui est différente du Certificat de transporteur aérien (Cta) qui est délivré à la compagnie aérienne. Pendant ce temps, l'Aprf des 18 techniciens de l'ancienne compagnie Camair viennent d'être envoyés à l'Autorité aéronautique pour renouvellement. "Cet document doit être renouvelé tous les deux ans, or celui que ces personnels détenaient a expiré en octobre 2009", indique-t-on.

Location
Le 21 juin 2009, l'avion avait été envoyé en Irlande pour un entretien. Au départ, un délai de 45 jours pour le séjour de l'appareil en Irlande avait été annoncé par le ministre des Finances, Essimi Menye. Quelques difficultés avaient retardé cette révision technique. Plus grave, ce retour avait aussi été retardé à cause d'un problème de freinage survenu sur l'appareil alors que la révision été déjà presque terminée. D'après nos sources, une enquête avait d'ailleurs été initiée par la présidence de la République. En attendant donc que Camair.co ne décolle (des incompréhensions persistent par ailleurs entre les ministères des Finances, de l'Economie et des Transports sur la conduite du dossier), des observateurs se demandent si l'appareil ne peut pas être mis en location auprès d'autres compagnies. De toutes les façons, "un avion est construit pour voler et non pour rester au sol", avait expliqué Josuah Osih, responsable de Air Service Cameroun et de Swissport, au cours d'un entretien avec Mutations.

Lazare Kolyang

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire