Sidebar

21
Mar, Mai

International
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
L’enveloppe qui sera bientôt dégagée permettra de réaliser la première phase d’un projet de réhabilitation, de renforcement et d’extension du système d’approvisionnement en eau potable de 52 centres équipés ou non en adduction d’eau au Cameroun. Cette première phase profitera aux populations de Douala, Maroua, Mbankomo, Bogo et Sikejem-Oku. Elle est financée par Dexia Bank à hauteur de 9,7 millions d’euros, soit environ 6,33 milliards de francs Cfa. Emmanuel Falisse, Représentant de cette banque, lors de la signature de la convention, hier, a déclaré à la presse que le prêt en question est accordé au Cameroun aux conditions préférentielles. C’est-à-dire que les intérêts seront supportés par la Belgique.

Autrement dit, le taux d’intérêt est de 0% pour le Cameroun qui a dix ans pour rembourser ce premier crédit qui permettra à Camwater, dans un délai de 30 mois, de réaliser le projet pour les 5 localités sus- évoquées. Le prêt consenti par Dexia Bank, servira à réaliser les études d’impact environnemental, les études techniques, les travaux d’extension et de densification de certains réseaux, les travaux d’aménagement des points de captage de la source, l’aménagement des stations de pompage d’eau brute et de traitement, les canalisations, les aménagements des stations de refoulement d’eau traitée et de reprise, les canalisations de transfert, la réhabilitation des ouvrages de génie civil. La mise en œuvre du projet aidera, apprend-on, à couvrir les besoins en eau potable de près de 3 millions d’habitants de ces localités à l’horizon 2023.

Pour les autres centres non encore pris en compte, il faudra attendre la deuxième et la troisième phase de ce projet dont le coût global s’élève à 60 millions d’euros, soit environ 39 milliards de francs Cfa. Avant l’accord avec Dexia Bank, le ministre de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire, Louis Paul Motaze, a signé, 9 mois plus tôt, d’autres accords similaires avec KBC Bank du Royaume de Belgique pour le financement des projets de dragage et d’approvisionnement du chenal d’accès au port de Douala ; et la réhabilitation du pont de l’enfance. Autant d’initiatives qui ont amené Louis Paul Motaze à se féliciter de « la coopération fructueuse que le Cameroun et le Royaume de Belgique ont inauguré depuis plusieurs décennies et qui ne cesse de se renforcer ».

Investir au Cameroun

A l’attention des invités à la cérémonie d’hier, et surtout à la partie belge, le Minepat, qu’accompagnaient d’autres personnalités parmi lesquelles le ministre des finances, Lazare Essimi Menye, le Directeur général de CAMWATER, Basile Atangana Kouna,  a rappelé que l’accès à l’eau potable et aux infrastructures d’assainissement de base reste limité au Cameroun. Il avoue que seulement 29% des ménages urbains bénéficient d’un approvisionnement en eau potable. Et la situation, reconnaît le Minepat, reste préoccupante en milieu rural. Il soutient que le gouvernement entend porter à 75%, à l’horizon 2020, le taux d’approvisionnement des ménages en eau potable.

« Certaines actions prioritaires sont à mettre en œuvre à cette échéance, notamment la réalisation de 700 000 branchements en milieu urbain, 40 000 équivalents points d’eau en milieu rural, 1 200 000 latrines, ainsi que la réhabilitation de 6000 équivalents points d’eau en milieu rural », affirme Louis Paul Motaze. Il est par ailleurs question, dit-il, de réduire le taux de prévalence des maladies hydriques. En invitant les dirigeants de Dexia Bank à venir investir au Cameroun, le MINEPAT voudrait voir dans cette première opération, le point de départ de la participation de cette banque « aux nombreuses opportunités d’investissement dans plusieurs secteurs économiques au Cameroun ».

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire