Sidebar

15
Mar, Oct

Economie
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

L’entreprise a récemment annoncé que les Camerounais ne pourront bénéficier de ses services qu’à partir de septembre prochain. Un nouveau report qui fait ressortir des obstacles à son installation dans le pays

Depuis plus d’une semaine, les Camerounais savent que l’opérateur de téléphonie vietnamien Viettel, titulaire de la 3e licence d’exploitation au Cameroun, ne va pas lancer ses activités comme prévu ce mois de mars. C’est en effet ce que le top management de Viettel Cameroun a fait savoir au public, en expliquant que le démarrage des activités de cette entreprise en territoire camerounais est reporté au mois de septembre 2014. L’annonce intervenait au lendemain d’un conseil d’administration tenu le 13 février dernier à Douala.

Le directeur général de Viettel Cameroun s’était alors expliqué à la presse sur les raisons de ce nouveau report. Vu Khanh Duv avançait comme cause principale les difficultés liées à l’acquisition de terrains pour l’installation des pylônes. Joint au téléphone par Le Messager ce lundi 24 février 2014, le directeur général adjoint de Viettel Cameroun explique qu’il s’est parfois avéré très difficile d’obtenir des titres fonciers pour l’installation de leur plateforme technique, notamment les antennes de relais. Les négociations avec les chefs traditionnels et les communautés (qui trouvaient parfois l’offre de l’entreprise basse) auront largement contribué à la rallonge de temps.

Mais, Moïse Bayi parle d’autres difficultés. Il énonce, entre autres, la pluviométrie dans certaines zones. « Les pluies ont beaucoup ralenti les travaux, notamment dans certaines zones des régions de l’Est et de l’Ouest», explique-t-il. La direction générale de Viettel Cameroun évoque également les reliefs accidentés, mais aussi et surtout les difficultés d’accès de certaines zones pour justifier ce nouveau report. Mais, le directeur général adjoint rassure que «tous ces problèmes sont en train d’être résolus. Les Camerounais peuvent être optimistes sur le fait que nous démarrerons effectivement nos activités en septembre 2014». Viettel Cameroun avait obtenu sa licence en décembre 2012. Cet opérateur de téléphonie avait alors annoncé le démarrage de ses activités en janvier 2014. Mais, en fin d’année dernière, une première prorogation de trois mois avait été décidée. Le groupe s’est engagé à investir près de 200 milliards Fcfa pour couvrir, dès le lancement de ses activités, au moins 80% du territoire national. A ce jour, l’on ignore ce taux de couverture. Le directeur général adjoint préfère «attendre le démarrage effectif des activités pour mieux évaluer ce taux de couverture du territoire camerounais».

S’agissant toujours de ce démarrage, des sources indiquent que les reports sont liés à de très fortes divergences de vision managériale entre le Camerounais Baba Danpulo, actuel président du conseil d’administration qui détient 30% du capital, et ses partenaires vietnamiens. Des tractations houleuses pour la distribution du capital avaient été révélées par Jeune Afrique. Mais en plus de cela, comme le relève notre confrère investiraucameroun.com, on qualifie la gestion imposée par les Vietnamiens de « communiste». Des resserrements de budget qui déteignent sur les conditions de travail et de vie des employés dont la rémunération est très en dessous de celle des opérateurs Orange Cameroun et Mtn Cameroon.

© Alain NOAH AWANA : Le Messager

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire