Sidebar

20
Mar, Aoû

Economie
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Le ministre de la Fonction publique a signé un additif intégrant de nouveaux profils de travail dans plusieurs filières le 5 avril dernier.

Après plusieurs semaines de tractations, le ministre de la Fonction publique et de la réforme administrative (Minfopra), et président du comité technique du recrutement spécial des 25 000 jeunes à la Fonction publique, Emmanuel Bondé, a autorisé le 5 avril dernier, un additif aux filières du recrutement du 9 mars dernier. Aussi, 42 nouveaux profil ouverts à la candidature des diplômés du pays concernent 11 filières : affaires sociales, santé publique, agriculture, génie rural, information et communication, documentation, élevage et pêches maritimes, hôtellerie, arts nautiques et affaires maritimes, recherche sociale scientifique et technique, enseignement supérieur.

Cet additif qui porte sur 9 filières tout en créant deux nouvelles (santé publique et enseignement supérieur) intervient trois semaines après que des diplômés de certaines écoles de formation et universités tant étrangères que locales, ont adressé des requêtes au Premier ministre les 15 et 17 mars derniers, pour revendiquer l’insertion de leurs filières dans ce recrutement spécial. Parmi ces derniers, l’on peut citer les étudiants de la filière «Edition» de l’Ecole supérieure des sciences et techniques de l’information et de la communication (Esstic), et des anciens boursiers des universités étrangères, tous ingénieurs de conception en génie civil spécialisés dans la construction des voies ferrées et planification urbaine, construction des ponts et chaussées, construction des barrages hydro-électriques et des retenues d’eau.

Catégorie inférieure
Si le texte du Minfopra intègre l’édition qui s’en tire avec deux profils notamment en niveau licence et bac+2, l’agriculture, la documentation, l’hôtellerie, les affaires sociales, élevage et pêche maritime, information et communication, le génie rural ou encore les arts nautiques et affaires maritimes étaient déjà dans la première liste rendue publique le 5 mars. Seuls les niveaux licences et maîtrise étaient concernés dans cette première liste pour ces filières, pouvait-on constater. Le génie rural par exemple avait, dans la liste sus-évoquée, quatre profils de travail où seuls ingénieurs et techniciens devaient postuler. Cette filière revient avec trois nouveaux profils où techniciens, assistants et agents techniques vont se bousculer.

Dans l’additif du 5 avril, si on peut constater que les niveaux licence et maîtrise sont présents, les profils descendent jusqu’au niveau probatoire pour certaines de ces filières, notamment dans l’agriculture, la santé publique, les affaires sociales, le génie rural ou encore l’hôtellerie. Au-delà de ces curiosités, l’on peut aussi constater que le texte reste muet en ce qui concerne le cas des ingénieurs de travaux de topographie et du cadastre dont les diplômés de la première promotion ont eux aussi saisi le Premier ministre le 4 avril dernier pour revendiquer le reclassement de leur filière en catégorie 10/1, au motif qu’il y a une surpopulation en catégorie inférieure. Pour mémoire, il est à signaler que le réajustement des profils effectué par le comité technique intervient à une semaine de la date de fermeture de dépôts des candidatures, prévue le 14 avril prochain à 15h30, selon le communiqué du 5 mars dernier.

Pierre Célestin Atangana

Kongossa.fr : l'actualité du Cameroun en temps réel.

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire