Sidebar

26
Mar, Mar

Economie
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Chacun se souvient que le 6 juin dernier au boulevard général Alfred Raoul, pour étayer les motivations qui l’on conduit à se présenter à cette élection du 12 juillet 2009, Denis Sassou-Nguesso disait avoir attendu l’appel pressant du peuple qui, au terme de deux tournées surmédiatisées (à grands frais) qui l’avaient conduit tour à tour dans la partie sud puis dans la partie nord du pays, l’aurait imploré de faire acte de candidature pour soi-disant parachever l’œuvre de la « nouvelle espérance » qu’il avait commencé en 2002. C’est ainsi qu’il s’est présenté comme en « Le Chemin de l’Avenir » pour le Congo alors qu’il n’est en réalité un cheval en fin de course. Et pour convaincre l’opinion nationale et internationale, il avait même affirmé que partout, le peuple du Congo avait collecté des fonds pour soutenir sa candidature (c’est à croire qu’au Congo le ridicule ne tue).

Or, ce soir du dimanche 12 juillet 2009, ce même peuple qui était pourtant présenté comme étant massivement derrière son Président et donc majoritairement acquis à sa réélection dès le premier tour au soir du 12 juillet, vient de le désavouer en refusant de rendre aux urnes.

Face au Front des partis de l’opposition congolaise (FPOC) qui contestait les conditions d’organisation du scrutin invoquant une absence totale de transparence de cette élection, et appelant au boycott total et à la désobéissance civile, Denis Sassou-Nguesso, à l’instar de tous les observateurs nationaux et internationaux, avait fait du taux de participation le seul enjeu de cette présidentielle du 12 juillet 2009. De ce fait, il reconnaissait que sa légitimité en dépendrait.

Et ce soir le verdict est sans appel : moins de 10% de taux de participation sur l’ensemble du territoire. En refusant en effet d’aller voter ce dimanche 12 juillet 2009, les Congolais ont dit massivement « NON » à Denis Sassou-Nguesso. Le message que vient de lui adresser le peuple congolais ce soir est donc très clair : Après 25 années de prédation et d’exercice de pouvoir sans partage, et sans aucun résultat probant, les Congolais ne veulent plus de lui à la tête de leur pays.

Nous disons donc qu’à compter de ce soir du dimanche 12 juillet 2009, Denis Sassou-Nguesso n’est plus le Président de la République du Congo. Il doit tirer toutes les conséquences de ce refus massif du peuple congolais de se rendre aux urnes. Il n’a plus aucune légitimité pour parler au nom du peuple congolais.

Ce soir c’est donc la victoire du peuple face à la tyrannie. Et nous disons qu’à compter de ce soir du dimanche 12 juillet 2009, le pouvoir est désormais dans la rue. Sassou vient d’essuyer un véritable revers, le peuple lui a dit « NON ». C’est pourquoi nous appelons ce soir et ans délai les Congolais à une concertation grande nationale qui décidera de l’avenir du pays.

Nous disons un grand bravo au vaillant peuple du Congo, qui a su, dans la paix et l’unité nationale, dire « NON » à ce simulacre honteux d’élection présidentielle.

Vive le peuple congolais, Vive Congo libre et démocratique.

© Correspondance de : Bienvenu MABILEMONO

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire