Sidebar

17
Mar, Juil

Economie

 

ETATS-UNIS - Un texte a été adopté à l'unanimité jeudi...

D'une seule voie, le Sénat a approuvé par acclamation cette résolution symbolique. Le texte présente formellement ses excuses, au nom du peuple américain, pour «l'esclavage et la ségrégation raciale» envers les Noirs Américains.

La résolution devra être également être adoptée par la Chambre des représentants, mais ne requiert pas de signature du président Barack Obama.

Elle intervient à la veille de Juneteenth (19 juin), qui marque la célébration de la fin de l'esclavage aux Etats-Unis en 1865, après la guerre de Sécession.

A noter que de telles résolutions symboliques ont déjà été adoptées par le passé, pour s'excuser par exemple de l'emprisonnement des Japonais sur le territoire américain pendant la Seconde Guerre mondiale.

«Injustice fondamentale»

Le texte reconnaît «l'injustice fondamentale, la cruauté, la brutalité et l'inhumanité de l'esclavage» et des lois ségrégationnistes connues sous le nom de «lois Jim Crow» qui ont été abolies en 1964 par la loi sur les droits civiques, le «Civil Rights Act» qui interdit toute forme de discrimination dans les lieux publics.

Il présente des «excuses aux Noirs Américains au nom du peuple américain, pour le mal qui leur été fait, ainsi qu'à leurs ancêtres qui ont souffert de l'escalavage et des lois Jim Crow».

Toutefois, il stipule bien que le texte de la résolution ne peut servir de «support à une plainte contre les Etats-Unis». D'ailleurs, le groupe des élus noirs de la Chambre des représentants, a exprimé ses «inquiétudes» sur cette dernière disposition.

«Alors que nous sommes fiers de cette résolution qui est attendue depuis longtemps, un vrai travail reste à accomplir (...) pour créer de meilleures opportunités pour tous les Américains. C'est véritablement le seul moyen de répondre à l'héritage de l'esclavage et de Jim Crow», a déclaré jeudi le sénateur Tom Harkin qui a introduit le projet de résolution.

Par ailleurs, une cérémonie est prévue début juillet au Capitole pour «marquer l'occasion», a assuré le sénateur Harkin.

Mais plus qu'un texte de loi, les Américains ont montré qu'un sacré chemin avait été parcouru en élisant en novembre dernier le premier président Afro-Américain de leur histoire.

PB avec AFP

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire
Inscrivez-vous à notre service gratuit de newsletter pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.