Sidebar

22
Mar, Oct

Economie
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Le guichet de facturation de Douala International Terminal (DIT), non loin du carrefour Messapresse, dans la zone portuaire, grouille de monde ce 27 janvier. Des opérateurs économiques ou facilitateurs, piles de documents en main, sont assis ou debout devant un guichet. L’écran disposé en hauteur appelle des numéros et les oriente. Mais la voix électronique, pas très forte, a du mal à couvrir la rumeur des bavardages. Ou des plaintes. Parce que les usagers, ici, en formulent. Notamment contre le nouveau système de facturation: «J’ai le ticket 28, je n’ai pas été appelé, alors qu’on est déjà au n°42. On ne sait pas comment ça fonctionne!», affirme Janvier Kamga, déclarant en douane. «Je suis venu me faire livrer. Mais je suis là, le temps passe», ajoute-t-il, l’air dépité.

Depuis les changements intervenus dans le système, dès le 1er janvier, des clients de l’entreprise se plaignent de perdre du temps. Rappelons qu’au lancement de ses activités en 2005, DIT avait en quelque sorte sous-traité sa facturation à des aconiers. La reprise par l’entreprise de cet aspect de son travail fait donc grincer des dents.

«Ce qu’ils font là, au départ six aconiers le faisaient. J’en suis à sept jours ici pour un document. Je suis en train de payer des pénalités de retard!», fulmine Richard Moukoko, transitaire. Apparemment remonté, l’homme estime que DIT n’a pas suffisamment pris la mesure de la tâche. «Il leur faut au moins trois guichets comme celui-ci. Vous pouvez passer toute la journée là, on ne vous appelle pas. Je suis fatigué, je rentre chercher un collaborateur qui va me remplacer ici», indique-t-il.

Au sein du pool de contrôle, des responsables de l’entreprise estiment au contraire que la nouvelle procédure devrait faciliter la tâche à tous. «Le système est informatisé: la machine ne peut pas appeler le n°10 avant le n°9», assure un cadre maison. «Mais vous avez des usagers qui arrivent, prennent un ticket, alors que leur dossier n’est pas complet. Pendant qu’ils attendent la personne qui va leur apporter la pièce manquante, ils sont appelés. Là, ils ne se présentent pas au guichet», apprend CT. «Il y en a qui peuvent être sortis, ou distraits au moment de l’appel… La machine finit par annuler le numéro», poursuit un responsable informatique, dont l’écran d’ordinateur affiche «101 attentes abandonnées depuis ce matin».

A la communication de DIT, une source s’étonne des plaintes d’usagers: «Nous avons tout intérêt à les servir le plus vite possible. Ils peuvent même désormais recevoir des factures par email». Un client, informé de cette option (la demande de facturation émise depuis un ordinateur), a répondu: «On n’a pas tous ces moyens». Le changement, ce n’est pas forcément maintenant.

© Alliance NYOBIA : Cameroon Tribune

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire