Sidebar

22
Mar, Oct

Economie
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

En effet pas besoin de se poser les questions longuement pour comprendre que, malgré le calme apparent, les choses sont davantage entrain de se préciser du côté de notre compagnie national la Camair-Co, avec la tenue du conseil d'administration du 27 novembre dernier à Douala quoique ferme à la presse, mais beaucoup de choses à filtrer de ce conseil de Douala. En effet des chuchotements et des soit disant pétitions parvenues à certaines rédactions, disent que un groupe d'anglophone de cette structure auraient reçues des informations encore non officielles de la part de la hiérarchie, que d'après nos sources généralement introduites, que la compagnie devra se séparer de certains de ses personnels dans un avenir proche. Sur la même lancée, de nombreux employés détenteurs de faux diplômes sont en ligne de mire. Tout comme l'une des priorités de l'équipe managériale devra être le recrutement d'un nouveau Directeur commercial. Mais la pétition des frères anglophones annonçant le licenciement en cascade de cette partie du pays est un non problème pour l'entreprise, d'après notre source estime à cet effet, assurément pour faire monter la moutarde tribale au sein de l'entreprise par ses apprentis sorciers tapis dans l'ombre.

De mémoire collective, on n'aura pas connu un tel Directeur général entreprenant de ce pays qui aura pris le taureau par les cornes, de réduire les dépenses fantaisistes. Du défis qu'il a pris dernièrement avec son conseil d'administration, de rentrer au siège de l'ancien Camair sis à Bonanjo, de la réduction de l'effectif et d'un recrutement annoncé et enfin, des licenciements en cascade sans distinction tribale mais alors de la compétence ferme. Notre informateur renseigne par ailleurs que c'est le même Directeur général de la Camair-Co Mbotto Edimo qui aurait soutenu les frères anglophones et autres, pour que chaque agent complète son dossier pour d'éventuel nomination au sein de l'étoile des Camerounais. D'ailleurs, s'il s'agit véritablement d'une pétition de la partie anglophone de cette structure, elle ne peut être qu'une futile et oiseuse initiative d'un carré de petits prétentieux rien à voir au licenciement et recrutement massif de tout l'ensemble des camerounais désireux de travailler à la Camair-Co, sans tribalisme et discrimination. Avis donc à ceux des camerounais qui vont candidater seul la compétence à chaque poste triomphera. Nous y reviendrons plus largement dans nos éditions.

© PARFAIT BISSO NYOBE : L'Anecdote

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire